Pablo Servigne : « Pour éviter la catastrophe, il faut la considérer comme certaine »

Pour l’agronome et théoricien de la collapsologie, tout l’enjeu est de limiter l’impact sur les populations de ce bouleversement provoqué par le réchauffement climatique.

L’ingénieur agronome français et chercheur indépendant et transdisciplinaire Pablo Servigne, en janvier 2018 à Paris. Serge Picard / Agence VU

Interview de Pablo Servigne

« Amazonie en feu, Bahamas ravagées par le cyclone Dorian, terres épuisées, records de température au mois de juillet. Partout, les témoignages de la catastrophe climatique en cours s’accumulent, s’ajoutant aux conflits géopolitiques et à la fébrilité des marchés financiers. Les collapsologues y voient autant de signes avant-coureurs de l’effondrement à venir de notre civilisation. Une ou des catastrophes auxquelles il faut se préparer, estime l’agronome Pablo Servigne, coauteur de plusieurs livres, dont le best-seller Comment tout peut s’effondrer (Seuil, 2015). Entretien.

Le Monde : Dans les années 1980, on a annoncé l’hiver nucléaire, dans les années 2000, la fin du pétrole, et maintenant, l’apocalypse écologique et climatique. Pourquoi devrait-on vous croire lorsque vous annoncez un effondrement imminent ?

Lire la suitePablo Servigne : « Pour éviter la catastrophe, il faut la considérer comme certaine »

Miam-miam les énergies fossiles !

En 1940 pour 1 calorie alimentaire produite par le système de l’agriculture conventionnelle il fallait 2 ou 3 calories d’énergie fossile. En 2019 il en faut entre 7 et 10…. Ce sont donc les machines et le pétrole, le charbon et le gaz qui donnent à manger à 7,5 milliards d’humains (contre 2,3 milliards en 1940). La population mondiale continue à augmenter et depuis 2006 l’approvisionnement en énergie a commencé à diminuer. Bientôt le régime pour tous.

Arrêtez de me faire peur !

« Certain(e)s reprochent aux collapsologues de faire peur au gens. Je comprends, c’est moche la peur, personne n’aime avoir peur.

Bon, alors j’ai un petit exercice :

Lisez, résumez et expliquez cet article, sans faire peur à votre interlocuteur. Vous avez 24h.

Jusqu’à + 7 °C en 2100 : les experts français du climat aggravent leurs projections sur le réchauffement

Les canicules à répétition, records de températures et autres vagues de sécheresse qui déferlent sur la planète ne sont qu’un triste avant-goût des catastrophes qui attendent l’humanité. Si rien n’est fait pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement climatique pourrait atteindre 7 °C d’ici à la fin du siècle, entraînant des conséquences désastreuses pour les espèces et les écosystèmes. Ces résultats, qui aggravent les précédentes projections, sont publiés, mardi 17 septembre, par les plus grands laboratoires français de climatologie, engagés dans un vaste exercice de simulation du climat passé et futur.

Lire la suiteArrêtez de me faire peur !

Jancovici : CO2 ou PIB, il faut choisir – Sciences Po – 29/08/2019

« Qui n’a jamais entendu parlé de transition énergétique ? » => personne
« Qui est capable de définir l’énergie ? » => vraiment pas grand monde

=> transitionner sur un truc que l’on est pas capable de définir c’est un peu problématique (c’est le cas des décideurs politiques)
=> comment peut-on espérer trouver une solution à un problème qui est mal posé ?
=> le problème de la transition énergétique est beaucoup moins simple que l’on pourrait le penser (en lisant les journaux)

Le terminal pétrolier de Brest

STOCK BREST

Finistère : comment le carburant arrive à la pompe ?

Le carburant arrive par bateau au port de Brest puis des camions citernes alimentent les stations services.

« Le dépôt pétrolier de Brest alimente les stations essence du Finistère, de l’ouest des Côtes-d’Armor et d’une petite partie du Morbihan. »

« 120 à 140 camions y transitent chaque jour en temps normal, avec des pics d’activité le lundi et le vendredi. La capacité de stockage totale en gazole, fioul et essence est de 129 000 m3 et le dépôt sert à alimenter des stations essence du Finistère, de l’ouest des Côtes-d’Armor et d’une petite partie du Morbihan. »

https://www.letelegramme.fr/economie/carburant-trois-depots-en-bretagne-celui-de-brest-bloque-22-11-2018-12141062.php

Lire la suiteLe terminal pétrolier de Brest

L’OR NOIR, LA GRANDE HISTOIRE DU PÉTROLE ! – Matthieu Auzanneau & François Ruffin

Une vidéo (52 min) qui résume assez bien notre dépendance au pétrole. Les humanistes croient à la force de l’esprit… C’est ne pas vouloir voir l’éléphant en plein milieu de la pièce : nous sommes des enfants du pétrole. Cet or noir nous avons de plus en plus de mal à en trouver… L’Histoire ? Regardez-là à travers « la lunette énergétique » et tout devient très net.

Démocratie, liberté, déplacements, douceur de vivre, rencontres, etc… tout absolument tout nous le devons au pétrole et aux énergies fossiles (charbon et gaz). Depuis 15 ans nous consommons de plus en plus d’énergie et nous avons de plus en plus de difficultés à en trouver. Le scénario à la Mad Max pour très bientôt (5 ou 10 ou 20 ans) ? Danger imminent ?

Matthieur Auzanneau est le Directeur du Shift Project (association qui travaille pour la décarbonation de l’Europe)

« Pour rouler en voiture verte, il faut rouvrir nos mines »

La guerre des métaux rares

« La transition énergétique et numérique n’est pas écologique. »

« ..derrière le numérique, il y a la matière première. Voilà le paradoxe: il faut beaucoup de matière pour créer l’immatériel! Rien de plus trompeur que le « cloud » qu’on s’imagine éthéré. »

« La toile internet mondiale – le Léviathan numérique – est très consommatrice. Si le cloud était un pays ce serait le cinquième plus gros consommateur d’énergie. L’ensemble des NTIC consomment 4% de l’électricité mondiale et rejettent deux fois plus de gaz à effet de serre que le secteur aérien civil mondial. »

« Je rencontre pas mal d’hommes politiques qui comprennent l’importance géopolitique du sujet. »

« Mais ils ne saisissent pas l’urgence écologique à court terme car ils n’ont qu’une faible conscience des externalités négatives de cette industrie. Personne, même chez les écolos, ne réalise que, pour les 30 prochaines années, il faut extraire plus de minerais qu’on en a extraits depuis 70.000 ans. »

Lire la suite« Pour rouler en voiture verte, il faut rouvrir nos mines »