Un pétrole à 125 dollars cette année ?

Et 150 dollars en 2023 selon les précisons de la banque JP Morgan.

Prévisions « extrêmement crédible »

Raisons :

Prix du pétrole varie suivant l’offre et la demande (en 2020 la demande a fortement chuté => le prix du baril a été négatif)

En 2022 Omicron ne ralentit pas l’économie : il y a une reprise mondiale, on a besoin de pétrole

Facteurs géopolitiques : diverses tensions => favorables au cours élevé du pétrole

Mais le facteur no 1 pour cette hausse c’est :

sous-investissement + transition écologique

sous-investissement depuis plus de 10 ans
aggravé par transition écologique et finance « verte »

Pouyanné PDG de Total en avril 2021 : sous-investissement majeure sur le secteur pétrolier qui prépare le choc pétrolier de demain. Sous-investissent chronique depuis 10 ans dans la totalité du secteur pétrolier

Le besoin en pétrole reste identique mais l’offre diminue (le pétrole devient de plus en plus difficile à extraire de la terre et des océans : cela demande des investissements financiers de plus en plus importants qui ne suivent pas)

Dans les 5 années qui viennent on va avoir besoin de beaucoup de pétrole mais on en aura pas suffisamment => prix élevés

Cela va peser sur l’inflation, prix de l’énergie extrêmement élevé

Le pétrole est le sang de l’économie mondiale depuis plus de 70 ans.
Choc pétrolier à venir => crise économique majeure dès demain (avant 2025)

Pour étayer : l’article de Matthieu Auzanneau d’octobre 2021 « Métaux critiques, charbon, gaz, pétrole : nous entrons dans les récifs »

extrait :

« Pour le pétrole, tout est maintenant écrit.

On ne peut plus publiquement, lors de la présentation des comptes du groupe Total début février, la directrice générale de la stratégie du pétrolier français, Helle Kristoffersen, a évoqué un déficit de 10 millions de barils par jour à l’horizon 2025 pour faire face à la demande. Rien de moins qu’un dixième de la production mondiale. Les chocs pétroliers de 1973 et 1979 ont été déclenchés par des déficits bien moindres. »

Helle Kristoffersen a insisté :

« Ce qui est clair, […] c’est qu’il existe un risque de pénurie d’approvisionnement à moyen terme.[…] Nous avons vu les craquements dans le modèle économique du pétrole de schiste, tout comme nous avons été témoins du sous-investissement continu dans l’industrie pétrolière dans son ensemble. […] Compte tenu du déclin naturel des champs pétroliers existants,[…] le message est simple : nous avons besoin de nouveaux projets pétroliers, et cela est vrai même si vous adoptez un point de vue très prudent sur la reprise de la demande [à l’issue de la crise de la Covid]. »

Le président et chef analyste de Wood Mackenzie, l’une des trois agences d’intelligence économique les plus réputées du monde du pétrole, déclarait fin 2020 : « Le monde se dirige peut-être en somnambule vers une pénurie d’approvisionnement. »

« Pour l’heure, bien que l’alerte concernant le pic pétrolier soit aussi ancienne que l’alerte climatique, et bien que l’Europe s’approvisionne en brut pour moitié auprès de pays producteurs promis au déclin, les gouvernements européens ignorent encore complètement la menace.« 

https://www.lemonde.fr/blog/petrole/2021/10/12/metaux-critiques-charbon-gaz-petrole-nous-entrons-dans-les-recifs/#more-13013

Pétrole : la fin de la fête, avec un pic historique déjà loin derrière nous ?

« Une étude du ministère des affaires économiques finlandais, à l’origine destinée au gouvernement finlandais, explique qu’une crise sur le pétrole est à venir, avec une industrie du brut qui se pose la question de la rentabilité des réserves.
[…]
Aujourd’hui, approximativement 90 % de la chaîne d’approvisionnement de la totalité de l’industrie manufacturière (tous secteurs confondus) mondiale dépend de la disponibilité de dérivés du pétrole, ou de services dérivés du pétrole. Environ 70 % de nos besoins journaliers en pétrole viennent de champs découverts avant 1970. La grosse partie de la production provient de 10 à 20 champs immenses de pétrole. »

https://www.caradisiac.com/petrole-la-fin-de-la-fete-avec-un-pic-historique-deja-loin-derriere-nous-181320.htm

Jean-Marc Jancovici en entretien dans Marianne

Pour fêter 2020, Marianne a interrogé différentes personnalités sur la décennie à venir. Voici l’entretien avec Jean-Marc Jancovici sur les risques écologiques majeurs et les défis liés à notre surconsommation d’énergie dans la décennie à venir.

A quoi ressembleront la France et le monde des années 2020 ? Pour se faire une idée, Marianne a interrogé différentes personnalités reconnues pour leur expertise dans leur domaine (politique, climat, culture, égalité hommes-femmes…). Au programme, pas de boule de cristal, mais de vraies analyses sur notre futur collectif… Voici l’entretien réalisé avec Jean-Marc Jancovici, polytechnicien, associé co-fondateur de Carbone 4, cabinet de conseil spécialisé dans la transition vers une économie décarbonée et l’adaptation au changement climatique, fondateur et président de The Shift Project, « think tank de la décarbonation de l’économie », professeur à Mines ParisTech, membre du Haut Conseil pour le climat, et auteur de sept livres de vulgarisation sur l’énergie et le climat.

Marianne : Les années 2010 s’achèvent, viennent les années 2020. Selon-vous, quels seront les changements majeurs qui, au cours de cette période et à plus long terme, nous serons donnés à observer en ce qui concerne les questions écologiques et énergétiques ?

Lire la suite