L’économie n’est pas une science… hélàs… ou tant mieux ?

L’économie est fausse par définition puisque nous considérons vivre dans un monde dans lequel les ressources naturelles sont infinies. Cela fonctionnait il y a 100 ou encore 50 ans. Mais en 2018 notre économie continue à vouloir fonctionner sans prendre en compte la diminution des stocks naturels « non-renouvelables » et « renouvelables » et ce avec une population humaine de plus en plus importante et qui consomme de plus en plus. Ça ne sent pas bon tout ça …. Ça sent l’effondrement si on ne change pas immédiatement notre mode de vie… L’étincelle peut venir plus vite que prévue (prévu ?! 99,99 % de nous tous ne voit rien venir car conscience = zéro = pas mieux que des animaux) : par exemple une crise financière plus terrible que 2008 en 2018, 2019 ou 2020 ?… (crise financière qui peut s’expliquer / être déclenchée par une rupture d’approvisionnement en énergie. J’ai aussi mon analyse à ce sujet.)

Oui le monde n’est pas prévisible quand il n’y a pas de facteur limitant : sans facteur limitant c’est l’effet papillon (théorie du chaos) qui prédomine tout est possible et donc pas de prévisibilité. Tout est possible : l’utérus artificiel, aller sur Mars, l’homme augmenté, Napoléon Bonaparte, le fil à couper l’eau chaude,…

Lire la suiteL’économie n’est pas une science… hélàs… ou tant mieux ?

EnR exemple du polder à Brest

A la lecture du site de Jancovici ainsi que l’étude que je mène sur notre parcours et notre histoire de 10 000 ans de sédentarisation je revois mes positions quant aux énergies renouvelables et la lectures de différents articles et documents conforte mon changement de point de vue : nous allons faire face dans les prochaines décennies à de sérieux problèmes énergétiques et environnementaux qui risquent de nous conduire au désastre d’ici 2100.

Exemple ici à Brest il se construit un polder qui devra permettre de construire des éoliennes et des hydroliennes en 2022.

« Pour cela, il faut aménager de nouvelles surfaces sur le polder. Situé sur le port de commerce, il s’agit d’une zone artificielle gagnée sur la mer. Sa surface actuelle est de 36 ha. En ce moment, 18 ha sont en cours de consolidation afin de pouvoir recevoir des charges plus lourdes. La poldérisation d’un espace de 14 ha est prévue entre 2015 et 2018 pour atteindre une surface finale de 50 ha. »

 

Lire la suiteEnR exemple du polder à Brest