Gironde : Un projet de parc solaire géant prévoit d’abattre 1.000 hectares de forêt

Le projet Horizéo, porté par Engie et Neoen, prévoit d’installer une plateforme énergétique bas carbone avec un immense parc solaire, une production d’hydrogène, un data center et de l’agrivoltaïsme. Un grand débat va être organisé en 2021 sur ce dossier

L’article : https://www.20minutes.fr/bordeaux/2951875-20210117-gironde-projet-parc-solaire-geant-prevoit-abattre-1000-hectares-foret

Commentaire de Jean-Marc Jancovici :

« Si vous avez un milliard d’euros, vous pouvez garder le nucléaire (déjà financé), et vous en servir pour faire de l’hydrogène bas carbone. Il reste alors le milliard pour aider des agriculteurs à faire « bien » (agroécologie, circuits courts, etc), et planter de la forêt.
Ou bien vous pouvez commencer par dépenser cet argent pour importer des panneaux chinois, augmenter le bilan carbone du pays (le PV est à 50 g de CO2 par kWh, le nucléaire à 6), couper des arbres et diminuer la biodiversité (voir les avis de http://www.avis-biodiversite.developpement-durable.gouv.fr/ systématiquement défavorables aux projets ENR présentés), faire baisser le facteur de charge d’un nucléaire qui sera néanmoins conservé en garantie de puissance (https://jancovici.com/transition-energetique/electricite/50-ou-50/ ), puis expliquer que tout cela est formidable parce que… vous allez faire de l’hydrogène bas carbone et aider les agriculteurs à « faire bien ».
Si le ridicule ne tue pas, se tromper de direction en matière de projets environnementaux le fera, lui… »

Ce projet Horizéo est donc totalement absurde !….

Des « coupures très courtes » d’électricité pourraient avoir lieu cet hiver en France

« Le réseau de transport d’électricité assure disposer de leviers pour éviter des coupures, mais appelle chacun à adopter des gestes d’économies d’énergie.

C’est en février, et particulièrement à la fin du mois, que la situation sera la plus difficile, souligne RTE. En réorganisant le calendrier, EDF et le gouvernement ont réussi à sécuriser la première partie de l’hiver, mais un certain nombre de réacteurs devront tout de même être mis à l’arrêt en février. D’autant que l’un des réacteurs de la centrale de Flamanville (Manche), à l’arrêt depuis plus d’un an pour des travaux complexes, risque de ne pas être de retour sur le réseau.

RTE précise qu’aucune difficulté n’est à attendre si les conditions météorologiques sont normales pour la saison. En revanche, « en cas de situations climatiques particulières, combinant froid et absence de vent, des difficultés à approvisionner l’ensemble du territoire sont possibles ». Si les températures se situaient entre 2 °C et 7 °C au-dessous des normales de saison plusieurs jours d’affilée, le gestionnaire de réseau devra utiliser plusieurs leviers pour y faire face.« 

L’article du Monde du 19/11/2020 :

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/11/19/electricite-une-situation-difficile-a-prevoir-en-fevrier-sur-le-reseau_6060350_3234.html

Pourquoi le charbon a encore de beaux jours devant lui

« Coup sur coup, les mauvaises nouvelles sont tombées. Elles viennent de France, où le gouvernement vient d’annoncer sa décision de prolonger jusqu’en 2024 ou 2026 la centrale à charbon de Cordemais, contre une fermeture programmée en 2022 ; du Japon, qui mettra en service 20 gigawatts (GW, soit une vingtaine de réacteurs nucléaires) de centrales à charbon d’ici dix ans ; d’Allemagne, la vertueuse et verte Allemagne, qui veut fermer ses centrales à charbon d’ici 2038, mais laisse un gros site ouvrir, à Datteln – fâcheux quand on sait qu’une centrale à charbon fonctionne au moins 40 ans.

Le charbon, ce satané charbon responsable de 40 % des émissions de CO2 dans le secteur de l’énergie, n’a pas dit son dernier mot. On le critique, on le combat, mais il reste une énergie d’avenir parce qu’il est abondant, bon marché et offre une fourniture d’énergie « pilotable » : il suffit d’appuyer sur un bouton et la centrale à charbon, sorte de chaudière géante, se met en branle pour fournir en quelques heures de l’énergie. Dès qu’il y a besoin d’injecter rapidement de l’électricité sur le réseau, le charbon, c’est parfait. »

(publié par J-Pierre Dieterlen)

https://www.lepoint.fr/economie/pourquoi-le-charbon-a-encore-de-beaux-jours-devant-lui-08-02-2020-2361777_28.php

CO2 : la France comparée aux autres pays européens

CO2 et production électrique par pays

Equivalent gCO2 par kwh produit par pays.

Christian Semperes : «On entend qu’il faut développer les ENR en France pour contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique et répondre aux besoins des clients de l’électricité. En Europe, la France elle celle qui émet le moins de CO2, avec la Norvège et la Suède, ça on le savait déjà. C’est celle qui en même temps produit en quantité le plus de MW décarbonés, ça on le savait aussi. C’est la France qui a l’électricité la moins cher pour le client, ça on le savait aussi, avec une haute qualité de service au public à laquelle le français est très attaché (qualité de service = sûreté du réseau et qualité de fourniture). Pour quoi veut on casser un système au service du public qui fonctionne ? Pour quoi en 2 mots, avec quelle intention plus ou moins cachée ? Pour qui ?
Le graphique donne en abscisse l’énergie électrique produite et en ordonnée, le CO2 émis par KWh d’énergie produite.»

source du graphique : Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d’électricité, entso-e
https://www.entsoe.eu

(publié par J-Pierre Dieterlen)