Énergie et humanité

L’Histoire de l’humanité la grande celle qui s’inscrit dans 7 millions d’années pour les hominidés et particulièrement pour notre espèces Homo Sapiens depuis 300 000 ans est fortement liée à la maitrise de l’énergie. En effet notre cerveau nous permet d’élaborer toutes sortent de techniques permettant d’améliorer notre quotidien. Mais ce progrès technique est conditionné aux ressources naturelles et énergétiques qui sont limitées puisque non-renouvelable.


Évolution de la population mondiale entre 10 000 avant JC et 2000
source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Population_mondiale

Cette courbe m’a toujours grandement interpellée. Je me suis demandé : « étant donné que le croissance de la population est exponentielle il doit y avoir un facteur prédominant, lequel ??? »

Les explications classique sont très souvent :
– les progrès de la médecine
– les progrès de l’hygiène de vie
– les progrès de l’agriculture

Oui certes mais ces progrès ont fortement été accélérés par un seul facteur : l’accès à l’énergie. En effet tout ce que nous sommes, tout notre monde actuel nous le devons à l’accès à l’énergie : aux énergies fossiles que sont le gaz, le pétrole et le charbon.

Aucun de ces progrès n’auraient été possible en aussi rapidement sans ces énergies faciles à extraire et à utiliser !

Nous utilisons ces énergies depuis seulement 150 ans, depuis la révolution industrielle vers 1850 et la mise au point des premières machines à vapeur (machine à charbon plus exactement). Avec les énergies fossiles + les machines nous avons modifié le monde pour le meilleur mais surtout pour le pire :
– la Nature se meurt, la pollution augment à grande vitesse
– nos systèmes sont fragiles et sont interconnectés ainsi ils peuvent casser à tout moment : finance, économie, réseau d’eau, réseau électrique, agriculture, santé, etc…
– grande inégalité sociales
– le réchauffement de la planète est confirmé : + 2 degrés = difficile à stabiliser / + 4 ou +5 degrés = la vie sur Terre est menacée
Nous avons déjà atteint les limites de notre système Terre et nous continuons à scier la branche sur laquelle nous sommes assis :
– la population mondiale continue à augmenter
– chacun d’entre nous polluons de plus en plus
– nous avons atteints le pic d’approvisionnement en énergie fossile

Depuis 40 ans les écologistes et les scientifiques tirent la sirène d’alarme mais nous ne voulons pas l’entendre.

Comment sommes-nous arrivé là ? De mon point de vue nous serions plus des adeptes des techniques avec peu de conscience… Nous ne méritons pas le terme Sapiens, nous ne sommes pas sage…

Résumé « homo technicus » : nos techniques ont évoluées très lentement de millénaires en millénaires : la seule force utilisée était la force humaine. Il y a 10 000 ans la sédentarisation via la domestication des plantes et des animaux a donné un premier coup d’accélération technique et du développement humain. Avec la découverte du charbon puis l’utilisation des énergies fossiles nous avons mis au point les premières machines qui ont décuplées puis centuplées la possibilité de mettre au point de nouvelles techniques depuis le XVIII ème siècle : les machines ont remplacées les esclaves. En 2018 le champ possible des technique est immenses mais nous avons atteint les limites offertes par les ressources naturelles disponibles sur Terre.

Petite histoire de l’énergie – La vie, l’humain et l’énergie

Pour que la vie apparaisse dans l’Univers il faut que au minimum 3 conditions soient réunies :
– un état liquide (exemple l’eau)
– des molécules organiques (composées d’atomes de carbone, d’oxygène, d’hydrogène et d’azote)
– une source d’énergie (une étoile)

La source d’énergie fait déplacer les molécules organiques dans le liquide et ainsi des réactions chimiques peuvent faire émerger le processus de vie.

La source d’énergie qui a permis l’émergence de la vie sur Terre il y a 3,5 milliard d’années est notre étoile : le Soleil.

[ouverture de parenthèse]
De nombreuses civilisations vouaient un culte au Soleil la plus connue était la Civilisation Égyptienne antique (de -5000 à -2000 ans) : Râ le dieu Soleil.

Râ le dieu Soleil

[fermeture de parenthèse]

Au fil des millions d’années d’évolution notre espèce Homo Sapiens est apparue il y a environ 300 000 ans très fort probablement en Afrique. Notre lignée les hominidés sommes debout et marchons depuis 7 millions d’années. Nous sommes actuellement le seul mammifères à se ternir debout et se déplacer sur nos « pattes arrières », courir et la marche à pied nous a permis de conquérir le Monde : l’ensemble des territoires de notre planète.

migration homo sapiens

source : https://www.nationalgeographic.fr/sciences/la-grande-migration-de-lhomo-sapiens

Dans l’ordre chronologique :
1) l’Afrique : -300 000 ans
2) l’Australie : -70 000 ans
3) l’Asie : -45 000 ans
4) l’Europe : -43 000 ans
5) l’Amérique du Nord : -20 000 ans
6) l’Amérique du Sud : -15 000 ans

Économie en énergie : la marche

Le tout premier lien entre l’humain ou les hominidés avec l’énergie est la marche à pied.
Pourquoi ?
Depuis la disparition des dinosaures il y a 65 millions d’années les mammifères se sont développés sous forme de différentes espèces dont les singes qui sont adaptés à la vie dans les arbres. Leurs quartes membres sont très puissants pour pouvoir passer de branches en branches. Un homme de 70kg face à un chimpanzé du même poids n’aurait aucune chance dans une bataille en corps à corps. Cependant lorsque l’on mesure les dépenses énergétiques pendant la marche d’un homme et d’un chimpanzé c’est l’homme qui cette fois qui remporte haut la patte le match.

La station debout et la marche à pied a permis à notre lignée d’hominidé de pouvoir se déplacer sur de longue distance en dépensant le minimum d’énergie. Nos membres se sont spécialisés : nos pattes arrières sont devenus nos jambes et pieds, ce qui a permis à note patte avant : nos bras et surtout nos mains d’être très agiles et précises. Mais cette spécialisation de nos membres ont eu besoin d’être pilotés par un système de coordination plus performant : notre cerveau s’est développés en taille.

Apport en énergie : la viande et le développement du cerveau

La station debout permet de marcher et courir en libérant les membres supérieurs. Ces derniers pilotés par un cerveau de plus en plus puissant permet une grande agilité pour utiliser des outils rudimentaires : caillou, et bâtons et ainsi de mettre au point et d’améliorer les techniques de chasses. Dans la savane la chasse à l’épuisement consiste pendant les heures les plus chaudes de la journée, à poursuivre en courant une proie pendant 3 ou 4h heure jusqu’à l’animal arrête par fatigue progressivement sa fuite. Le bras et la main muni d’une lance permet d’achever l’animal.
Les hominidés et l’homme étaient des chasseurs-cueilleurs, ils se déplaçaient par petits groupes d’une vingtaines d’individus suivant les ressources en nourriture : apport énergétique vitale. La station debout à permit, la marche en économie d’énergie. Marcher et courir ont permit la chasse qui elle permet un apport protéines : la viande.

La viande riches en protéines devient alors une source alimentaire en énergie et permet au cerveau de se développer de nouveau et ainsi de découvrir de nouvelles techniques.

Mais la viande crue ce n’est pas très digeste…

La première énergie de confort : le feu

Le feu est un phénomène naturel provoqué principalement par la foudre. Les incendies effraient les animaux mais ils font partie avec l’eau et la pluie du cycle de la vie.

Nos mains libérées et notre cerveau plus puissant nous ont ouvert la voie du confort et l’émergence de la Culture à travers la domestication du feu. Une viande cuite est bien plus digeste ainsi l’apport en énergie est bien plus rapide. L’utilisation du feu a été une vraie révolution technologique puisque outre la cuisson de la viande, le feu permettait de se réchauffer la nuit, de faire fuir les animaux et faire émerger le langage : la tribu se retrouvait alors autour du feu ou le langage a pu progressivement se développer.

Il semble que le feu ai été domestiqué très tôt, on retrouve des traces de foyers il y a 1 millions d’années. Bien avant donc l’apparition de notre espèces homo-sapiens.

La station debout, la marche à pied, la chasse, les outils, l’utilisation du feu, le langage et la culture qui est la transmission des différentes techniques de génération en génération, c’est ce qui définit l’Homme ! Les différentes espèces d’hominidés évoluent lentement en Afrique. Une espèce réussi à gagner le continent européens et l’Asie il y a 300 000 ans : c’est l’homme de Néandertal. 100 000 ans plus tard il y a 200 000 ans une seconde espèce émerge d’Afrique et rejoins l’homme de Néandertal, notre espèces : Homo-sapiens.

En l’espace de dizaines de milliers d’années Homo-sapiens colonisent l’ensemble des Terres de la planète : Afrique, Europe, Asie, Australie, Amériques et Groenland. Il réussi à s’adapter à tous les climats et cette adaptation s’est sûrement faite au détriment de  Néandertal puisque ce dernier disparaît il y a 28 000 ans. (une hypothèse récente et fort plausible serait que Néandertal n’aurait pas survécu à une brusque changement du climat : une baisse rapide des températures ayant pour cause l’explosion d’un super volcan dans la région des champs Phlégréens (à l’ouest de Naples) vers -36 000 ans. Néandertal n’a pas totalement disparu car mis à part les africains nous portons tous en nous environ 3 % de leurs gènes.)

Cette conquête de l’ensemble des continents s’est faite en utilisant les mêmes techniques énergétique : marche, viande, feu. Suivant les continents et les conditions environnementales différentes cultures, langues et ethnies sont apparues.

Notre source d’énergie principale est la nourriture que l’on trouve sous forme de plantes, végétaux, d’animaux et aussi d’algues. A la poursuite de la nourriture, par curiosité et parfois par nécessité nous avons conquis l’ensemble des terres de notre planète : nous étions des nomades, des migrants.
Tout comme les animaux notre quotidien se résumait en la recherche de nourriture et l’élevage de nos petits nous vivions alors par petit groupe de 10 à 50 individus se déplaçant plusieurs fois par an au gré des saisons.

La sédentarisation

Le nomadisme est un moyen qui permet la recherche de nourriture suivant le cycle des saisons. Cette recherche de nourriture est un mode vie proche de la Nature qui permet le maintien en vie de petit groupes d’individus. Une invention technique va modifier ce rythme de vie : la poterie.
Nous le savons le chasseur revient régulièrement bredouille et la cueillette est fructueuse durant la période du printemps et l’été. Viandes et cueillettes doivent être consommées rapidement dans la journée. Le lendemain il faut repartir en quête de nourriture. Et parfois les périodes disettes augmentent la mortalité des plus faibles ainsi les groupes humains restent constitués d’un nombre restreint d’individu.

La source d’énergie qu’est le feu nous ont permis de cuire la terre et d’en faire des récipients pour y conserver la nourriture. C’est ainsi que avec des réserves pour plusieurs jours ou semaines que progressivement nous avons moins eu besoins de nous déplacer. Moins de déplacement moins d’énergie dépensée à chasser c’est alors plus de temps et d’attention à consacrer et à observer sont environnement.

Et de l’observation naît alors une nouvelle technique qui va bouleverser le mode de vie : l’agriculture, planter les graines, les récolter et les stocker. En sélectionnant les plantes on invente la domestication de ces dernières et ainsi le rendement par parcelle cultivés augmente. Les premiers greniers font alors leurs apparitions et une multitudes de nouvelles techniques aussi. Pendant la même période nous avons commencé à domestiquer les animaux : le loup est devenu le chien il y a 30 000 ans, l’auroch est devenu le boeuf / la vache il y a 9 000 ans, puis le mouton, le chat, le porc, les poules, etc…

Avec la sédentarisation et l’agriculture le rapport au monde de l’humain change, des familles revendiquent des surfaces de terre : c’est la notion de propriété qui apparait alors. Mais pour définir une propriété les contrats oraux ne suffisent pas toujours. Il devient alors nécessaire de disposer d’une trace pour revendiquer la propriété, les premières écritures sont des écritures comptables : propriété, quantité. La sédentarisation fait ainsi naitre la spécialisation et ainsi l’émergence des métiers : fabricant d’outils, agriculteurs, comptables,… Plus besoin d’aller courir derrière la nourriture celle-ci abonde maintenant et elle est stockée d’une saison à l’autre. La mortalité diminue et l’abondance de nourriture permet l’émergence de groupe de plus en plus grand. Les richesses accumulés suscitent la convoitise des voisins. Les groupes s’unissent pour se défendre et les groupes se hiérarchisent et des classes dominantes émergent. Ces classes dominantes pour légitimer leur suprématie utilise le divin via des chamans devenu chefs spirituels et allié du pouvoir : c’est l’émergence des religions. Ainsi il y a 8000 ans les premières civilisation apparaissent aux bordures des grand fleuves que sont : le Nil en Égypte, le Tigre et l’Euphrate en Mésopotamie, la vallée de l’Indus en Inde, le fleuve Jaune et le Yangtsé en Chine.

Mais…

“La possession de merveilleux moyens de production n’a pas apporté la liberté, mais le souci et la famine.” Albert Einstein

La civilisation

Homo sapiens à 300 000 ans et avec l’agriculture nous nous sommes sédentarisé il y a environ 10 000 ans ainsi l’humanité à passé 96 % de son existence comme chasseur-cueilleur. La vie d’un chasseur-cueilleur devait se résumé à la quête quotidienne de nourriture (donc d’énergie). Que sommes-nous devenu avec la civilisation ?

Petit résumé à ce stade :
– marche à pied + gros cerveau : permet de découvrir le monde
– mise au point de technique de chasse rudimentaires mais efficace (lance, javelot, chasse à l’épuisement, …)
– utilisation du feu : pour cuire la viande (gain en apport énergétique), développent du langage
– découverte de la poterie : conservation des aliments => plus de temps disponible + plus d’enfant et moins de mortalité

Plus de temps disponible et plus de ressources humaines => probabilité plus importante de trouver de nouvelles techniques par observation de la Nature.

Nouvelles techniques : la domestication des plantes et des animaux.

Domestication des plantes : l’agriculture => plus de réserve de nourriture => plus de temps disponible => plus d’enfants => plus de ressources humaines => plus de réserve de nourriture. Boucle positive du développement humain.

Domestication des animaux : amélioration du rendement des parcelles par labourage des terres => plus de nourriture.

Plus de nourriture => plus de temps disponible => apparition des métiers => possession de territoire => classe dominante.

Classe dominante => Civilisation => Empires => Guerres.

Tous pays a été initialement constitué par la force et la violence.

L’histoire est la science du malheur des hommes.

Raymond Queneau

Ainsi la première boucle « positive » du développement humain lié à une technique énergétique : la domestication des plantes et des animaux.

Plus de temps disponible pour l’homme
La sédentarisation qui a permit plus de temps disponible. Mais ce temps disponible a été utilisé par les hommes pour découper le territoire en pays, en état ou en empire et ainsi soumettre d’autres peuples. La domination de l’homme sur l’homme est donc apparu il y a 10 000 ans.

Et la femme ?
Les femmes ont aussi bénéficier de plus de temps disponibles mais plus de temps à faire des enfants. Ainsi je pense que la domination masculine des femmes est une conséquence de la domination de l’homme sur l’homme. En effet les hommes ont eu plus de temps disponibles pour faire la guerre. Les femmes qui devaient avoir 5 ou 10 enfants dans leur vies ne faisaient que s’occuper du foyer : l’élevage des enfants. Ainsi depuis la sédentarisation différences homme-femme s’est accentuée : les femmes font des enfants et les hommes tuent.

L’humanité est l’espèce la plus stupide : c’est la seule où les mâles tuent leurs femelles.

Françoise Héritier

Je pense que les rôles et les équilibres hommes/femmes étaient plus harmonieux du temps de l’époque des chasseurs-cueilleurs. Les femmes sont contraintes au rôle de mère jusqu’à la mise au point de la pilule dans les années 1950. La contraception a été la clé qui a permit la voie vers l’égalité homme-femme.

La civilisation a apporté des progrès techniques et du confort au quotidien, ce confort quotidien qu’on bénéficié les femmes pour faire plus d’enfant viables. Mais la civilisation a multiplié les possibilité de violences : l’esclavage et la guerre.

La révolution industrielle au XVIIIe siècle

Notre monde actuel et note mode de vie dans nos sociétés occidentales doivent tout à la révolution industrielle.

Que s’est-il passé à cette époque ?

Jusqu’à cette période les seuls forces qui étaient à notre dispositions pour créer des civilisations étaient la force animal (chevaux, animaux de traits) et la force humaine (travail manuel et esclavage). Puis au Royaume Uni a été découvert le charbon et a été mis au point les premières machines à vapeur. Le cycle énergétique a alors commencé : les machines permettent de multiplié par 10, par 100 puis par 1000 la capacité de l’homme à modifier son environnement. Les machines permettent de creuser la Terre et ainsi de trouver de nouvelles sources d’énergie (pétrole) qui vont permettent de faire tourner de nouvelles machines qui à leur tour permettront d’en faire tourner d’autres, etc …

Ainsi depuis cette époque nous sommes entré dans le monde des machines. Et en 2018 quelque soit le métier d’une personne (boulanger, médecin, secrétaire, etc…) ne fait que piloter un ensemble de machines… Et chaque machine consomme de l’énergie.

Tout ce que nous sommes actuellement : la démocratie, la liberté de déplacement (pour les plus riches), la nourriture, nos vêtements, nos rencontres, etc … Tout nous le devons aux machines (véhicules, usines, robots, ordinateurs, réseaux, etc…) et ainsi donc à l’énergie facile d’accès et presque gratuite.

Ces machines sont notre exosquelette : en 2018 chacun des 7 ou 8 milliards d’individus disposent en moyenne de 300 esclaves énergétique par personnes (avec de forte inégalité : 10 esclaves énergétique par africain, 500 par français et 1000 par étasunien) … Cette force phénoménale est entrain de détruire la Nature et l’horizon 2100 semble être le crépuscule de l’humanité…

Cela fait des dizaines d’années que certains tirent la sirène d’alarme, il nous reste que quelques années pour prendre collectivement conscience du danger et changer rapidement notre mode de vie afin de faire en sorte que le choc soit moins … dure.

Fabrice Guillou