Aurélien Barrau : les réalités physiques sont non-contractuelles

« La biomasse a chuté de 67% en une décennie

La moitié des points de basculement irréversibles sont déjà atteints. Et ils ont été dépassés beaucoup plus rapidement que ce qui avait été prévu dans les pires scénarios des scientifiques

Nous sommes dans un état d’extermination massive de la vie sur Terre

Des solutions ?
Nous sommes en conflit nucléaire et nous affutons nos lance-pierres

Oui mais il y a des réalités économique !
(ce que l’on entend dire)

Si vous voulez…D’un point de vue du physicien les réalités économiques sont contractuelles.
Les réalités biologiques c’est à dire les gens qui meurent, les réalités physique c’est à dire le crash du système planétaire qui est entrain actuellement d’avoir lieu, ces réalités sont des réalités non-contractuelles« 

Changer rapidement le modèle en évitant la décroissance ? ( 🙂 )

« Débat » avec un climato-négationniste du Ministère des Transports

Christian Desprès

« Voici une synthèse d’un petit-déjeuner au Sénat avec Christian Desprès, Chef de la mission des Etudes et de la Recherche du Ministère de l’Equipement et des Transports, sur le thème « Collapsologie et risques d’effondrement ». J’y assistais avec enthousiasme dans l’espoir qu’un représentant de l’Etat apporte des réponses à nos inquiétudes (a minima un blabla habituel de type « ne vous inquiétez pas, nous vous comprenons et nous faisons au mieux »).

Ce qui aurait été encore plus chouette, c’est que ce Monsieur nous expose une vision inspirante d’un système de transport résilient pour l’avenir de la France. Après tout, c’est exactement ce en quoi consiste son boulot. Malheureusement il n’était nullement venu dans cette visée. »

L’article :
https://www.collaborativepeople.fr/single-post/2019/12/18/Débat-avec-un-climato-négationniste-du-Ministère-des-Transports

1970 : ces archives de l’INA révèlent les débuts de la collapsologie

Le Rapport MEADOWS intitulé « Les Limites à la croissance » publié en 1972 avait été demandé à des chercheurs Massachusetts Institute of Technology (MIT) par le Club de Rome en 1970.

Le Club de Rome est un groupe de réflexion réunissant des scientifiques, des économistes, des fonctionnaires nationaux et internationaux, ainsi que des industriels de 52 pays, préoccupés des problèmes complexes auxquels doivent faire face toutes les sociétés, tant industrialisées qu’en développement.

Transition énergétique : le mirage de la croissance verte

« Un « Green new deal » européen pour lutter contre le changement climatique et relancer l’économie est souhaité par de nombreux acteurs politiques, économiques ou défenseurs du climat. Pourtant, la théorie de la « croissance verte » et ses programmes de production d’énergie par les renouvelables sont contredits par de nombreuses recherches.

Décarboner les économies de 40% à l’horizon 2030 est l’objectif que se sont donnés les pays signataires des accords de Paris en 2015. Mais abaisser les émissions de CO2 en une décennie, dans des économies industrielles complexes est-il véritablement possible, et surtout, comment ? Quels sont les secteurs devant se transformer pour y parvenir, et sous quelles conditions ? Peut-on modifier radicalement les modes de production énergétiques sans affecter durablement l’économie ? Toutes ces questions ont trouvé pour l’heure une réponse contenue en deux mots : « croissance verte ». Cette théorie (et ses programmes mondiaux) estime que basculer les productions énergétiques fossiles (pétrole et charbon au premier chef) vers les énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque, hydraulique) produira de la richesse tout en décarbonant les sociétés. Ces programmes de croissance verte sont pourtant mis en échec par l’analyse scientifique. »

(publié par J-Pierre Dieterlen)

L’article : https://information.tv5monde.com/info/transition-energetique-le-mirage-de-la-croissance-verte-329871

Nafeez Ahmed : L’effondrement du Venezuela est une illustration de la façon dont l’âge du pétrole va se désintégrer

« Le pétrole ne s’épuise pas, en fait, il est partout — nous en avons plus qu’assez pour faire frire la planète. Mais à mesure que le marché du pétrole facile et bon marché a plafonné, les coûts de production ont grimpé en flèche. En conséquence, le pétrole le plus cher à produire est devenu de moins en moins rentable.
….

Ce changement mondial ne signifiait pas que le pétrole s’épuisait, mais que nous devenions de plus en plus dépendants de formes plus difficiles et plus coûteuses de pétrole et de gaz non conventionnels. La meilleure façon de comprendre ce changement est de recourir au concept de Taux de Retour Energétique (TRE), mis au point principalement par le professeur Charles Hall, spécialiste de l’environnement à la State University of New York, un rapport qui mesure la quantité d’énergie utilisée pour extraire une quantité particulière d’énergie d’une ressource. Hall a montré qu’en consommant des quantités d’énergie de plus en plus grandes, nous utilisons de plus en plus d’énergie pour le faire, laissant moins “d’énergie excédentaire” à la fin pour soutenir l’activité sociale et économique.

Cela crée une dynamique contre-intuitive — même si la production augmente, la qualité de l’énergie que nous produisons diminue, ses coûts sont plus élevés, les profits de l’industrie sont réduits et l’excédent disponible, pour soutenir la croissance économique continue, diminue. A mesure que l’énergie excédentaire disponible pour soutenir la croissance économique est comprimée, en termes réels, la capacité biophysique de l’économie à continuer d’acheter le pétrole même qui est produit diminue. La récession économique (en partie induite par l’ère précédente de flambée des prix du pétrole) interagit avec le manque d’accessibilité du pétrole, entraînant l’effondrement des prix du marché.

Cela rend les projets pétroliers et gaziers non classiques les plus coûteux potentiellement non rentables, à moins qu’ils ne puissent trouver des moyens de couvrir leurs pertes au moyen de subventions externes, telles que des subventions gouvernementales ou des lignes de crédit prolongées. Et c’est la principale différence entre le Venezuela et des pays comme les États-Unis et le Canada, où les niveaux extrêmement bas d’EROI (TRE) pour la production ont été maintenus en grande partie grâce à des prêts massifs de plusieurs milliards de dollars — alimentant un boom énergétique qui est susceptible de prendre fin lorsque le dindon de la dette rentrera au bercail.

Lire la suiteNafeez Ahmed : L’effondrement du Venezuela est une illustration de la façon dont l’âge du pétrole va se désintégrer