Pablo Servigne : « Pour éviter la catastrophe, il faut la considérer comme certaine »

Pour l’agronome et théoricien de la collapsologie, tout l’enjeu est de limiter l’impact sur les populations de ce bouleversement provoqué par le réchauffement climatique.

L’ingénieur agronome français et chercheur indépendant et transdisciplinaire Pablo Servigne, en janvier 2018 à Paris. Serge Picard / Agence VU

Interview de Pablo Servigne

« Amazonie en feu, Bahamas ravagées par le cyclone Dorian, terres épuisées, records de température au mois de juillet. Partout, les témoignages de la catastrophe climatique en cours s’accumulent, s’ajoutant aux conflits géopolitiques et à la fébrilité des marchés financiers. Les collapsologues y voient autant de signes avant-coureurs de l’effondrement à venir de notre civilisation. Une ou des catastrophes auxquelles il faut se préparer, estime l’agronome Pablo Servigne, coauteur de plusieurs livres, dont le best-seller Comment tout peut s’effondrer (Seuil, 2015). Entretien.

Le Monde : Dans les années 1980, on a annoncé l’hiver nucléaire, dans les années 2000, la fin du pétrole, et maintenant, l’apocalypse écologique et climatique. Pourquoi devrait-on vous croire lorsque vous annoncez un effondrement imminent ?

Lire la suitePablo Servigne : « Pour éviter la catastrophe, il faut la considérer comme certaine »

Arrêtez de me faire peur !

« Certain(e)s reprochent aux collapsologues de faire peur au gens. Je comprends, c’est moche la peur, personne n’aime avoir peur.

Bon, alors j’ai un petit exercice :

Lisez, résumez et expliquez cet article, sans faire peur à votre interlocuteur. Vous avez 24h.

Jusqu’à + 7 °C en 2100 : les experts français du climat aggravent leurs projections sur le réchauffement

Les canicules à répétition, records de températures et autres vagues de sécheresse qui déferlent sur la planète ne sont qu’un triste avant-goût des catastrophes qui attendent l’humanité. Si rien n’est fait pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement climatique pourrait atteindre 7 °C d’ici à la fin du siècle, entraînant des conséquences désastreuses pour les espèces et les écosystèmes. Ces résultats, qui aggravent les précédentes projections, sont publiés, mardi 17 septembre, par les plus grands laboratoires français de climatologie, engagés dans un vaste exercice de simulation du climat passé et futur.

Lire la suiteArrêtez de me faire peur !

L’OCDE organise un colloque  » Averting Systemic Collapse  » les 17 et 18 Septembre à Paris

Qui l’eût cru ? L’OCDE organise un colloque  » Averting Systemic Collapse  » – Éviter l’effondrement systémique – les 17 et 18 Septembre à Paris où l’on discutera des possibilités d’effondrement (financières, économiques, environnementales et sociétales, et des liens entre eux).
Jean-Marc Jancovici y interviendra dans 2 sessions.
Les différentes tables-rondes seront diffusées par vidéo.
Commentaire de Jean-Marc Jancovici à ce sujet :
« L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), créée en 1961, succède à l’Organisation de coopération économique européenne, créée en 1948 pour gérer le Plan Marshall en Europe. Aujourd’hui, l’OCDE se définit comme « une organisation internationale qui travaille à l’élaboration de meilleures politiques pour une vie meilleure. Notre objectif est d’élaborer des politiques qui favorisent la prospérité, l’égalité, les possibilités et le bien-être pour tous. Le mot clé dans ce lieu est historiquement « croissance » (économique, bien sûr). C’est donc une divine surprise de voir que cette institution organise les 17 et 18 septembre un colloque intitulé «éviter l’effondrement systémique» où elle discutera… les possibilités d’effondrement (financières, économiques, environnementales et sociétales, et les liens entre eux). Votre humble serviteur aura le privilège de parler non pas une fois, mais deux fois, la deuxième fois aux côtés de Steeve Keen, auteur de « Démystifier l’économie » »
(publié par Joëlle Leconte)

www.oecd.org/naec/averting-systemic-collapse

L’humanité rongée par la fin

« C’est le pape François qui exhorte les Etats à agir pour lutter contre le changement climatique «parce que notre survie et notre bien-être dépendent de cela». Ou bien le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, qui pose en costard, de l’eau jusqu’aux cuisses, en une du magazine Time fin juin, appelant à sauver le monde «face à une menace existentielle directe». Et en France, c’est Edouard Philippe qui cite comme l’un de ses livres de chevet Effondrement : comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie (1) de l’Américain Jared Diamond, l’un des principaux penseurs actuels de l’effondrement écologique. Depuis quelques mois, les théories de l’effondrement enflamment le débat public (lire Libé du 8 novembre ), ravivées aujourd’hui par les deux épisodes caniculaires que nous venons de vivre et l’accélération de l’épuisement des ressources de la planète. »

L’article du 29 juillet 2019 :
https://www.liberation.fr/planete/2019/07/29/effondrement-l-humanite-rongee-par-la-fin_1742749

Croissance et Effondrement Jean-Marc Jancovici et Philippe Bihouix

Le prix d’une matière première n’est pas directement corrélé à sa rareté. C’est à dire qu’une matière première qui devient plus rare ne devient pas automatiquement plus chère. Par contre le capital financier investit pour extraire de la matière première est lui bien corrélé à la rareté de celle-ci. En 2019 il faut investir plus de capitaux financier (par exemple pour ouvrir une nouvelle mine) pour extraire du sol 1 tonne d’or, 1 tonne de pétrole, 1 tonne de cobalt, 1 tonne de gaz, etc… qu’il y a 50 ou 100 ans. Il est de plus en plus difficile d’obtenir de la matière première, il faut dépenser plus de moyens et d’énergie pour en extraire.

Interview Yves Cochet en décembre 2017

Yves Cochet a été enseignent-chercheur en mathématique (INSA de Rennes) et a été Ministre de l’Aménagement du territoire et de l’environnement en 2001 – 2002 sous la présidence de Jacques Chirac.

En 2002 Jacques Chirac Président de la République Française disait « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs »

Le mythe du progrès

Ce n’est pas essayer de vendre de l’eau tiède en disant « ne vous inquiétez pas bon gens, dormez sur vos deux oreilles on va finir par résoudre les problèmes »

« on pourra résoudre un petit peu mais ça n’évitera pas un certain type d’effondrement quand même assez atroce »

« Ce déni vient du fait que la plupart des gens, que ce soit le grand public, que ce soit nos frères et nos sœurs chinoises, que ce soit le personnel politique que je connais bien quand même depuis plus de 20 ans en tant que politique professionnel à l’échelon national ou international au parlement européen. Eh bien, ils ne croient pas que cela peut arriver parce qu’ils ont cette espèce de mythe de croyance, de croyances religieuses dans le progrès, dans le marché, dans la science, dans la technologie et dans la créativité humaine. Donc ils sont sincères lorsqu’ils disent : « Non, on va y arriver. On va faire un petit peu de développement durable et de transition énergétique et écologique » « Ils ne peuvent pas penser que quelque chose d’aussi atroce que l’effondrement puisse arriver. Et c’est normal et c’est d’ailleurs pour ça, c’est pour ça que l’effondrement va arriver parce que le déni est général il n’y a qu’un pour cent qui croient que l’effondrement va arriver » »

Yves Cochet

« Qu’est-ce que le réel ? » Jaques Lacan répondait dans les années 1950 – 60 « Le réel, c’est quand on prend plein la gueule ! »

L’humanité vit dans le déni : elle ne veut pas voir la réalité des limites du monde. Ainsi d’ici 30 ans, ou d’ici 20 ans, ou d’ici 10 ans, ou d’ici 5 ans ou dès demain matin l’humanité a rendez-vous avec le réel  et cela va faire mal…

Fab