Jean-Marc Jancovici: «L’Allemagne est le contre-exemple absolu en matière de transition énergétique»

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Alors que la COP25 s’achève à Madrid, le spécialiste reconnu des enjeux écologiques Jean-Marc Jancovici a accordé au FigaroVox un grand entretien. Sceptique quant à l’issue de la COP, il plaide pour des économies d’énergie et la poursuite du nucléaire comme «canot de sauvetage».

Par Eugénie Bastié
Publié le 13 décembre 2019 à 18:02, mis à jour le 14 décembre 2019 à 15:11

Jean-Marc Jancovici est polytechnicien, ingénieur et enseignant. Il intervient régulièrement sur des sujets relatifs à l’énergie et à l’écologie. Il a été membre du comité stratégique de la fondation Hulot. Il a été coauteur du Pacte écologique signé par les différents candidats à la présidentielle de 2007. Il a également participé à l’ouvrage collectif, Décarbonons (Odile Jacob, 2017).

« LE FIGARO.- Vous évoquez souvent l’immense décalage entre le coût de l’énergie et son utilité sociale. Nous ne nous rendons pas compte de la valeur de l’énergie? Est-ce l’impensé de l’écologie?

Jean-Marc JANCOVICI.- La quantification économique a pris le pas sur d’autres métriques pour juger l’utilité de quelque chose. On pense spontanément que ce qui est utile vaut cher, que tout ce qui fait notre vie s’achète, or comme l’énergie ne coûte pas très cher dans notre poste de dépense (environ 10% pour un ménage pour logement et transports), le lien de dépendance n’est pas ressenti. Or ce qui fait notre mode de vie: les villes, le pouvoir d’achat, les études longues, le basculement dans le tertiaire, les week-ends, les 35h, les retraites, les six semaines de congés payés, la viande à tous les repas, c’est l’énergie, et très majoritairement les combustibles fossiles.

La gratuité de ces sources énergétiques fait qu’elles ne sont pas dans notre radar. Nous sommes des urbains déconnectés des flux physiques qui nous permettent de vivre.
Les machines sont invisibles dans la convention économique: on continue à dire que les gens travaillent mais en réalité ce sont surtout les machines qui produisent. La puissance des machines dans le monde occidental, c’est 500 fois la puissance des muscles des Occidentaux. Pour que la France produise ce qu’elle produit aujourd’hui, sans machines, il faudrait multiplier sa population par 500 à 1000. Les machines sont totalement dépendantes de l’énergie, qui est un facteur beaucoup plus limitant que la force de travail pour l’économie. On ne se rend pas compte car on juge les choses à travers leur prix, convention humaine qui ne tient pas compte des réalités physiques. Dans le système économique moderne, on a considéré que tout ce qui venait de la nature était gratuit, n’avait pas de prix. En ce sens le pétrole est aussi gratuit que le vent car personne n’a rien payé pour qu’il se forme. La gratuité de ces sources énergétiques fait qu’elles ne sont pas dans notre radar. Nous sommes des urbains déconnectés des flux physiques qui nous permettent de vivre. Le thé que nous sommes en train de boire en ce moment a poussé à des milliers de kilomètres d’ici!

Lire la suiteJean-Marc Jancovici: «L’Allemagne est le contre-exemple absolu en matière de transition énergétique»

Dérèglement climatique : la fin du monde est-elle vraiment pour 2050 ?

Une étude australienne évoque la fin de la civilisation en 2050 si rien n’est fait pour freiner le réchauffement de la Terre. Mais des climatologues soulignent qu’il s’agit du « scénario du pire » et qu’une autre issue reste possible.

Extraits :

« Si rien n’est fait pour limiter le réchauffement climatique, « la planète et l’humanité auront atteint un ‘point de non-retour’ à la moitié du siècle, dans laquelle la perspective d’une Terre largement inhabitable entraînerait l’effondrement des nations et de l’ordre mondial », avancent les auteurs, David Spratt, directeur de recherche à Breakthrough, et Ian Dunlop, ancien cadre de l’industrie des énergies fossiles. Selon eux, il existe « une forte probabilité que la civilisation humaine touche à sa fin » dans trois décennies. »

« Aucun des experts interrogés par franceinfo ne pointe cependant une quelconque erreur dans ce rapport. Même si ce n’est pas une étude scientifique, « plutôt une compilation de certaines références et de rapports d’ONG », précise Benjamin Sultan, directeur de recherche à l’Institut de recherches pour le développement (IRD). »

« Françoise Vimeux évoque elle aussi « une autre manière de vivre ». « Cela serait un changement brutal, mais ce ne serait pas la fin du monde. La vie a déjà survécu à des catastrophes, l’humanité survivra aussi. Son extinction n’est pas pour tout de suite », assure Joël Savarino »

L’article de France Info : https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/dereglement-climatique-la-fin-du-monde-est-elle-vraiment-prevue-pour-2050_3488261.html

EnR exemple du polder à Brest

A la lecture du site de Jancovici ainsi que l’étude que je mène sur notre parcours et notre histoire de 10 000 ans de sédentarisation je revois mes positions quant aux énergies renouvelables et la lectures de différents articles et documents conforte mon changement de point de vue : nous allons faire face dans les prochaines décennies à de sérieux problèmes énergétiques et environnementaux qui risquent de nous conduire au désastre d’ici 2100.

Exemple ici à Brest il se construit un polder qui devra permettre de construire des éoliennes et des hydroliennes en 2022.

« Pour cela, il faut aménager de nouvelles surfaces sur le polder. Situé sur le port de commerce, il s’agit d’une zone artificielle gagnée sur la mer. Sa surface actuelle est de 36 ha. En ce moment, 18 ha sont en cours de consolidation afin de pouvoir recevoir des charges plus lourdes. La poldérisation d’un espace de 14 ha est prévue entre 2015 et 2018 pour atteindre une surface finale de 50 ha. »

 

Lire la suiteEnR exemple du polder à Brest

Désaliniser l’eau de mer avec le soleil !

Volume d’eau sur Terre

Grande sphère bleue = la totalité de l’eau sur Terre (océans + glace + rivière, etc …)
Moyenne sphère bleue = eau douce dans le sol (eaux souterraines, nappes phréatiques, …)
Petite sphère bleue = eau douce des lacs et rivières
Source : notre-planete.info

De nombreux pays du sud manquent cruellement d’eau douce du fait du réchauffement de la planète.  Ainsi de nombreuses populations rencontrent des difficultés à vivre chez eux, dans leurs pays. Plus de pluie : plus d’agriculture, plus de nourriture… Les conséquences sont terribles : migrations, conflits, guerres…

Lire la suiteDésaliniser l’eau de mer avec le soleil !

Le Portugal 100 % énergies renouvelables

Parc éolien au Portugal – photo prise en 2004 – Crédit photo ® Ecosources

Il y a un an au mois de mai 2016 et durant 4 jours (du 7 au 11 mai) le Portugal a fonctionné qu’avec des énergies propres, solaire, éolien et hydraulique, pour ses besoins en électricité. Il s’agit d’une première mondiale !!!

Le Portugal avec les pays nordiques est l’un des pays du monde à être le plus avancé en terme de production d’électricité verte. Sur une année entière, 70 % de ses besoins en électricité sont couverts par les énergies renouvelables.

Article complet : http://www.ecosources.info/actualites/442-le-portugal-100-energies-renouvelables