Pourquoi la gestion d’un réseau électrique ne peut pas dépasser un certain seuil de production d’ENR, à qualité de fourniture égale ?

Sur ces pages LinkedIn, nous avons récemment lu le post d’un conseiller en politique publique de transition énergétique faire la promotion d’un mix de production à 100% ENR pour bientôt. C’est en effet alléchant ! « C’est vrai quoi ! Exploiter des centrales nucléaires, ça sert uniquement le lobby ! » Raisonnement simple, conforme à la doxa, donc efficace pour le DOGME. (doxa : ensemble de préjugés populaires sur lesquels se fondent la communication et particulièrement la désinformation et la propagande. La doxa est l’instrument de l’idéologie.)

Cet article fait suite à l’analyse des causes du black-out du 9 Août 2019 en Grande Bretagne (sud de l’Angleterre et Pays de Galles). Sauf informations nouvelles, il montre qu’avec 44% d’ENR couplées au réseau, au moindre événement sur le réseau, la perte de seulement 1430MW, les seuls moyens conventionnels et modulables, restés en service, n’ont pu éviter le black-out. C’est à dire une coupure d’électricité, due à un défaut de qualité de service dont le maintien est la première mission du gestionnaire de réseau. Pour comprendre ce qu’il s’est passé, il faut connaître le fonctionnement et les modalités de gestion du système électrique. C’est l’objectif de cet article. Il se veut pédagogique, les experts y trouveront des manques et des approximations, c’est normal, l’article se veut accessible aux non-initiés.
Aucun texte alternatif pour cette image

Un réseau électrique, c’est quoi ? Un réseau électrique ne fonctionne pas comme un réseau d’eau potable. Il ne suffit pas de mettre un bidon avec de l’eau dedans, des pompes et ça marche. Et puis si une pompe tombe en panne, peu importe si la pression d’eau baisse, j’ai toujours un peu d’eau pour prendre ma douche. Et bien non ! Pour une raison simple. Pour fonctionner, tout appareil ou machine électrique a besoin d’être alimenté dans le respect de 2 grandeurs fondamentales : la fréquence et la tension. La fréquence d’abord, parce depuis Nikola Tesla à la fin du XIXème siècle, c’est le courant alternatif, avec sa fréquence, qui a été choisi. La seconde grandeur est la tension, c’est l’équivalent de la pression pour un réseau d’eau. Ces 2 valeurs sont fortement perturbées par les variations de la consommation, un peu comme le réseau d’eau. Plus il y a de personnes qui se douchent en même temps plus la pression du réseau a tendance à baisser, ça se comprend.

L’article complet :

https://www.linkedin.com/pulse/pourquoi-la-gestion-dun-r%C3%A9seau-%C3%A9lectrique-ne-peut-pas-semperes/