Le blé plus cher que le pétrole, la Russie décrète un embargo sur ses exportations de céréales

C’est la première fois depuis dix ans : par mesure de précaution vis-à-vis des besoins alimentaires intérieurs, le gouvernement a décidé de suspendre les exportations céréalières russes jusqu’au 1er juillet 2020.

À dater du 27 avril, la Russie, premier exportateur mondial de blé, suspend ses exportations de céréales jusqu’au 1er juillet, rapporte le magazine Expert. Cette disposition du gouvernement concerne le blé, le seigle, le méteil (mélange de céréales), l’orge et le maïs, et ne s’applique pas à l’exportation vers les pays de l’Union économique eurasiatique (qui compte, autour de la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, l’Arménie et le Kirghizistan).

Comme l’explique le titre, le quota de 7 millions de tonnes d’exportation concernant la période du 1er avril au 30 juin a été réalisé avant terme. L’embargo n’aura donc pas de conséquences budgétaires. En revanche, celui-ci permettra de stabiliser les prix (en forte hausse) sur le marché intérieur. Les prix sur les marchés extérieurs sont actuellement en effet beaucoup plus attractifs pour les producteurs russes.

Le blé plus cher que le pétrole

La stabilisation des prix des céréales sur le marché intérieur est “fondamentale”, estime le ministère de l’Agriculture. En effet, ils sont en hausse constante depuis la fin mars, au point, comme le remarque l’agence de presse Ria Novosti, que “le blé est actuellement plus cher que le pétrole”.

L’embargo a enfin pour but d’éviter toute pénurie, les céréales constituant la principale production de l’agriculture russe. La constitution de stocks permettra de faire baisser les prix et d’assurer la sécurité alimentaire. Afin d’atteindre les objectifs du plan d’exportation fixé à 25 milliards de dollars (23 milliards d’euros) à la fin de l’année de 2020, les ventes à l’étranger devraient en théorie reprendre à l’été ou à l’automne.

La sécheresse pourrait s’ajouter à la crise sanitaire

L’agriculture peut, par ailleurs, faire face à d’autres menaces. Le sud de la Russie, rappelle Ria Novosti, souffre déjà de manque d’eau et l’été s’annonce très chaud, ce qui peut faire craindre une baisse des récoltes.

La dernière fois que la Russie a décrété un embargo sur ses exportations de céréales remonte à 2010, année où l’agriculture russe avait été frappée par une terrible sécheresse.

L’article : https://www.courrierinternational.com/article/economie-le-ble-plus-cher-que-le-petrole-la-russie-decrete-un-embargo-sur-ses-exportations