La collapsologie, élue tendance de l’année ?

« On n’entre pas en collapsologie de gaieté de cœur, et on n’en sort pas indemne. Découvrir l’ampleur du drame est très violent. Très triste. Très déprimant. Les auteurs, comme les experts qui travaillent sur ces sujets, le savent. Ils nous prennent la tête, le cœur et les tripes, et nous obligent à une introspection sans concession. On se sent tour à tour victime et coupable, submergé et impuissant.

Individuellement comme collectivement nous allons devoir vivre les différentes étapes du deuil : le choc et le déni, la douleur et la culpabilité, la colère, le marchandage, la dépression et douleur, la reconstruction, pour enfin arriver à l’acceptation. »

L’article : Collapsologie : la tendance de l’année fait flipper et c’est une bonne nouvelle